RICHTER AU CENTRE POMPIDOU.

Par Camille Morineau, conservateur au Musée National d’Art Moderne, commissaire de l’exposition
Cette rétrospective célèbre le 80e anniversaire de Gerhard Richter, aujourd’hui reconnu comme l’une des figures majeures de la peinture contemporaine. Un peintre classique dans sa pratique du métier et sa vision de la peinture, et qui ne la défend jamais mieux que dans ses oeuvres, ainsi que dans ses écrits et les rares interviews qu’il accepte de donner. « Je n’ai rien à dire et je le dis » est une phrase de John Cage que Richter a faite sienne.S’il défend la peinture envers et contre tout …
Richter est l’un des artistes qui a traité avec le plus de pertinence et d’acharnement cette question posée à la peinture par la multiplication de l’image, qu’elle soit arrêtée (la photographie) ou en mouvement (le cinéma). L’artiste est d’abord fasciné par la capacité photographique de reproduire les oeuvres des maîtres anciens. Étudiant en Allemagne de l’Est, c’est ainsi qu’il les découvre, en petit format noir et blanc. Une fois « passé à l’Ouest », tandis qu’il décide de reproduire des photos en peinture, au début des années 1960, Richter ne fait qu’inverser ce processus de reproduction d’oeuvres. Il s’agit alors de photographies de magazines, de journaux, d’albums de famille, puis prises par lui. Les sujets sont pop (objets usuels, familiers) ou sociologiques (ses proches, des sites touristiques, des publicités). Au début des années 1970, Richter franchit une étape en peignant des photographies de détails de sa propre palette, puis de ses tableaux abstraits préalablement photographiés. À la fin des années 1980, il peint directement sur ses photographies : c’est la série des Photographies Repeintes. Un peu plus tard, il n’hésite pas à photographier ses oeuvres les plus emblématiques, à faire de ces reproductions des éditions. En 2002, Richter fait une oeuvre d’une photo trouvée, simplement agrandie : celle d’une ville bombardée

favicon  RICHTER AU CENTRE POMPIDOU.