Sur les pas de RICHTER  à Pompidou

Liés à la dernière grande exposition de Richter à Beaubourg 2012, une création opportune liée aux reflets de Paris et aux silhouettes des « visiteurs » de l exposition se reflétant dans l’installation des cinq grands verres exposés. Déformants, filtrants, mettant en scène la cité dans ses reflets et ses passants, l’installation de Richter introduit donc une situation polysémique et par un jeu de miroirs transparents une situation qui retient l’oeil, met en abîme l’espace de la réflexion, de l ‘mage renvoyée.

D’où une situation qui engendre une création, l’installation étant devenue une matrice, une machine à produire des images mais aussi une injonction, une proposition discrète de la voix même de l’Artiste pour qui se place en position de réception, d’écoute, de travail, propre à recevoir ce que l’intention première peut augurer de ce parrainage invisible et surprenant.

Une intention secrète, sise dans la glace, (un peu aussi à la matière vivante d’un glacier qui rejette après des dizaines d’années les objets et les disparus) est devenue relais de l’intention plastique première et signal émetteur, traversant l’espace et le temps, au Hasard des situations que le réel livre parfois dans sa course.

Dans cette continuité en prenant un relais et surtout en y ayant été sensible, bref j’ai été impressionné moi aussi comme une oeuvre, toujours un peu floue, mais sinuante et éclairante puisqu elle a introduit ce process, pour ne pas dire ce rêve.

Honneurs donc aux oeuvres qui agissent et continuent a essaimer…

voir les images sur Artwork, sur le site

©Pascal THERME

 

3001-1024x604 Sur les pas de RICHTER à Pompidou ART

art-Ricter- Beaubourg-

 

favicon Sur les pas de RICHTER à Pompidou ART