Articles parus dans la presse

ROXANE DAUMAS, BASE MARTHA.

4 juin 2020 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
Capture-d’écran-2020-06-04-à-09.51.15-440x270 Articles parus dans la presse

Quoiqu’il en soit un Fascinum a agi, à faire se répondre et dialoguer les allers-retours entre photographies réhaussées de pierre noire et dessins citant le plan photographique dans un geste hyper-réaliste, Roxane Daumas a fait entrer ces lieux hantés dans une mémoire collective, comme la révélation d’ une forme d’objet d’art parfait, magnifiquement réalisé, dont la présence s’affirme pleinement, une fois passé l’identification du medium utilisé.

ALAIN KELER, D’UN JOUR A L’AUTRE 2

28 mai 2020 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
A_Keler_Machu_Pivchu-440x270 Articles parus dans la presse

Je ne peux que fondre, grâce au texte, que surprendre l’image manquante, au fond des yeux, celle qui s’inscrit en surimpression du récit, intimités, rêves obscurs et éclatants, fusions….la route et ses serpents, noire sinusoïdale venimeuse et salutaire, yeux ouverts au secret de la chambre…à cette respiration lente, plaisir dont la morsure est aussi poison, enchantement….assez baudelairien ou se soustrait la chute rédemptrice comme une éclipse où tout semble frappé d’incertitudes et d’irréalité… Là commencent et le rêve et la photographie, image non photographiée, image en creux, mutante, secrète, mystérieuse matrice qui surprend l’inestimable récit où la fascination joint l’absence de l’image manquante itératrice…

Alain Keler, un jour puis un autre…

9 avril 2020 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
92245590_10218846147479481_2921198130651201536_o-440x270 Articles parus dans la presse

La photographie d’Alain Keler est souvent faite d’un espace qui s’ouvre à soi et dont le photographe est le récipiendaire, celui à qui se destine l’image, la photographie, comme s’il était doué de la possibilité d’ouvrir le rideau d’un théâtre sur une scène, devant nos yeux, dans une sorte de triangulation de l’espace et du temps…

OLIVIER MONGE, RÉSIDENCE MAROCAINE

8 avril 2020 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
monge_water-440x270 Articles parus dans la presse

Le noir est ainsi devenu une matrice à la place d’un néant et, c’est précisément dans ce renversement que, le projet photographique peut dimensionner ce qui n’avait encore ni dimensions ni existence ; juste l’idée d’une préexistence…

HAMID SARDAR, PARADIS NOMADE.

14 mars 2020 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
hamir-sadar-tsatan-4-440x270 Articles parus dans la presse

Le merveilleux ici se fait des sensations des poils et des peaux, des fourrures, des crocs, des feulements et des grognements, des caresses, de tout ce qui est sens. une grand quiétude illumine les yeux des personnages de ce conte shamanique où tout est juste, à sa place, dans une simplicité auréolée de joies, d’une vie indivise et pleine de l’esprit…

Rencontre avec Pierre Ciot et Olivier Brillanceau.

1 mars 2020 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
Capture-d’écran-2020-03-01-à-20.10.59-440x270 Articles parus dans la presse

Avec plus de 4500 photographes, soit les deux tiers de ses membres, la SAIF est la structure qui représente le plus d’artistes photographes. Mais à quoi sert cet organisme de gestion collective ?
Son action est de percevoir et de collecter un certain nombre de droits d’auteurs pour les adhérents. Parmi lesquels, les droits collectifs de copie privée.

FLORE, MAROC, UN TEMPS SUSPENDU.

1 mars 2020 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
COUV-MAROC-FLORE-web-580x657-1-440x270 Articles parus dans la presse

Marchant contre l’oubli, dans une célébration discrète, Flore a retrouvé l’Impressionnisme, coeur de sa photographie. Elle fait joindre ainsi l’orphisme de la lumière qui essentialise, qui s’égraine dans une vision qui fait photographie, ce temps suspendu où tout apparaît léger, joyeusement triste, renouveau, pur et intègre, proche de cette paix de l’aurore où un soleil magistral redonne vie à la vie.

Linda Tuloup, Les chimères désirables.

26 février 2020 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
Linda1-440x270 Articles parus dans la presse

Linda Tuloup, dont le nom enchante, un plaisir qui s’enroule sur lui-même, glisse de la bouche à la main, s’éprend des beaux seins gonflés qui se donnent ici sans retenue, dans la jovialité de l’instant, dans toute la Nature traversée, habillée puis nue,  chant,  hymne au doux visage, temps choyé, temps ployé aux rimes de ce curieux ouvrage qui s’ouvre si naturellement aux propositions d’un rêve des sens.

MANOLO CHRÉTIEN

8 février 2020 ARCHITECTURE, ART
Lire la suite
Manolo-Chrétien1-440x270 Articles parus dans la presse

Manolo Chrétien est avant tout, avant même un photographe : un grand rêveur. Il vit la réception des images doublement, sur la terre et dans le ciel. Fils de l’astronaute Jean-Loup Chrétien, dans un rapprochement vital avec sa sensibilité et cette psychologie qui fait le chemin de l’Air, les rêves d’envol.l s’agit là d’une cosmicité qui induit un rapport d’intimité avec l’immensité…

DESMEMORIA Pierre Élie de Pibrac

17 décembre 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
CouvDES-440x270 Articles parus dans la presse

DESMEMORIA Pierre Élie de Pibrac  DESMEMORIA Pierre Elie De Pibrac à l’espace Dupon-Phidap,  jusqu’à mi Janvier….  DESMEMORIA Pierre.

CHAUMONT-PHOTO- SUR LOIRE.

22 novembre 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
Capture-d’écran-2019-11-22-à-16.14.52-440x270 Articles parus dans la presse

Chantal Colleu-Dumond a réuni pour cette troisième édition deux types de travaux, ceux qui prennent la Loire comme source d’inspiration majeure dans trois types de voyages, immobile et cinématographique avec l’artiste américain Jeffrey Blondes, photographique, plastique et formel avec Manolo Chrétien, photographique et animiste avec Henry Roy. Trois autres expositions s’ouvrent sur d’autres voyages plus lointains, mais est-ce si sur, tant la permanence de leur écriture propre procède de la même énonciation curieuse et envoutante, là où se découvrent les pans du réel et s’approche la création. Ces Voyages en Corée, au Soudan, au Mexique, ne sont ils pas aussi un flux d’espace-temps dans un écoulement maitrisé du monde comme une pénétration de l’oeil ouvert sur cette photographie qui rend compte et qui énonce. Un même esprit s’empare du monde et fait voyage, c’est à dire raconte, discerne, met en images.

GELATINIUM par ALDO SOARES

12 novembre 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
VN-2019-129-Modifier-440x270 Articles parus dans la presse

Hors de leur chrysalide,  papillons issus de la métamorphose, aptes à enchanter ce jour, nous les voyons de ce premier regard, libres, voler comme des lucioles, tout autour de nos têtes, comme un message beau et improbable issu du temps même. Ils enchantent… car en ces preuves rapportées du réel se loge le rêve de nos propres mutations, ces avenirs où bruit la lumière dans son organicité et son chant plein.

Articles parus dans la presse quotidienne…

 

Au fil des jours, sur les chemins de la sensibilité, aux croisements des rencontres, ces articles sont issus des occasions de prendre la parole, d’écrire sur ce que dépose l’actualité dans son journal et ce qui fait sens fugitivement dans l’intention de voir plus loin, occasions qui relèvent de l’inspiration et de l’Écriture.

L’ écriture développe ces inspirations pour donner quelques grains de poussières, quelques gouttes d’eau aux passants  pré-occupés et sensibles. Le marcheur avance ainsi moins seul. Ses rencontres sont des bonheurs croisés où l’écriture s’accorde au temps de ces lectures proposées, provoque LE SENS. Découvrir et faire acte de présence, le photographe est ici et maintenant le graphe de cet autre soi qui navigue entre les lignes et se donne à lire, à être, différemment et en soi, par l’oeuvre qu’il produit, celle ci devenant sujet d’un dialogue ouvert.

Les articles  autour de la photographie ont trouvé une place dans les quotidiens électroniques MOWWGLI, L’AUTRE QUOTIDIEN, dans une lecture de ce qui émane des oeuvres exposées, des dialogues issus des livres, des expositions, des Festivals, des grands Musées Nationaux et des Fondations.

Comme une main tendue, ces articles sont déjà des rencontres, polies, du coin des yeux, sourires naissant, mantiques sincères, fleurs de l’instant où se forgent le ressenti, l’analyse critique, les découvertes, expositions, livres, festivals et ce qui s’y passe. Le moi est ici en relation commandée avec le Réel, pour en saisir, au delà du flux, l’intention secrète et les possibilités de regards, de dessillements, afin d’y voir plus net, de noter, de mesurer en soi la structure du sens et de son affleurement dans la forme….. Georges Pérec écrivait sur l’infra-ordinaire, une forme du journal où la relation à la réalité des événements, des petites choses du quotidien le rendait perméable au temps extérieur, au temps du monde extérieur, alors que se nouait une complicité de la forme et du sens, une topographie s’étant établie entre ce qui se dit et ce qui se tait, ce qui se perçoit dans le champ de l’intimité psychologique comme la matière fictionnée du Réel, de la vie, de petites épiphanies curieuses et objectives, des décalages.

Ce qui surgit du champ quotidien est également une trace de ce qui fuit, échappe à la conscience…. peut-être alors, y a t il naissance d’ une Métapsychologie, entrant dans une énonciation  du trop perçu, ou du trop peu perçu, et des forces qui parcourent toute oeuvre signifiante, aux parts d’invisible et de tangible. Un regard se saisit du monde mais de quelle Psyché est il le témoin conscient ou inconscient, que perçoit le Photographe de sa pratique souvent complexe, en lien avec les différents niveaux de la réalité du monde et son propre Génie, à quoi et à qui fait il référence, quelles tensions innervent-elles son “oeuvre”, quels sont ses rapports avec le politique, les religions, la sexualité, l’idéologie, la métaphysique, le rêve, la Vie en général, en bref de quels bois est il fait? ces questions ne sont pas uniquement solubles dans les oeuvres produites, elles ne cessent de tisser des liens avérés ou plus ou moins actifs avec la “persona” du photographe, ce qui constitue toujours un intérêt supérieur, dans l’approche des rapports dialectiques entre l’Homme et l’Oeuvre.