Articles parus dans la presse

PHOTOGRAPHIE, LE TEMPS NÉCESSAIRE.

23 janvier 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
Gataullin_Emil_002-440x270 Articles parus dans la presse

  PHOTOGRAPHIE, LE TEMPS NÉCESSAIRE.   I/ ÉCRIRE ET PERCEVOIR… Il est des photographies entêtantes pénétrantes. Il est.

ÉLOGE DE LA LENTEUR AUX PROMENADES PHOTOGRAPHIQUES DE VENDÔME.

28 juin 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
Promenades_photographiques_Vendôme_2019-10-440x270 Articles parus dans la presse

« Le degré de la vitesse est directement proportionnel à l’intensité de l’oubli. De cette équation on peut déduire divers corollaires…: notre époque s’adonne au démon de la vitesse et c’est pour cette raison qu’elle s’oublie facilement elle même. Or je préfère inverser cette affirmation et dire : notre époque est obsédée par le désir d’oubli et c’est afin de combler ce désir qu’elle s’adonne au démon de la vitesse ; elle accélère le pas parce qu’elle veut nous faire comprendre qu’elle ne souhaite plus qu’on se souvienne d’elle. » MILAN KUNDERA

Thomas Gosset, Primitive acids

28 juin 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
lordre-moins-le-pouvoir-440x270 Articles parus dans la presse

trayant des sels d’argent sa puissance hallucinatoire, il mêle l’évocation d’une réalité économique et sociale à une représentation plus onirique du monde. Ces émulsions photographiques «psychédéliques » sont le résultat d’un oeil acerbe sur le monde et d’un travail expérimental et manuel minutieux, de la prise de vue à la chambre noire.

VILLA MON PLAISIR

19 juin 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
Capture-d’écran-2019-06-19-à-15.21.44-440x270 Articles parus dans la presse

Le regard d’Ambroise Tézenas effleure plus qu’il se s’attarde sur le monde extérieur, passe l’ombre, se délie des territoires de l’apparence pour naviguer au plus près de soi, dans la découverte et le dé-couvrement de ce monde qui ne s’isole et ne se perçoit que grâce à la photographie

NATHALIE SEROUX, AU BORD DE LA MER

29 mai 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
9782732489483-440x270 Articles parus dans la presse

“ Un imagier iodé à feuilleter dans l’ordre ou au hasard, qui donne à voir le monde à portée de main.”, D’où vient alors que sa photographie, versée à cet exercice, atteigne si bien ce point de la permanence du monde et des choses, dans leur permanence et leur être là?

LES MAROCAINES, MP DE LILLE

29 mai 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
COPYRIGHT-Yasmina-Bouziane_Sans-titre-n°6-alias-La-Signature_1993-1994_Courtesy-de-lartiste-1-copie-440x270 Articles parus dans la presse

Les oeuvres exposées sont virales, elles établissent ce sens de l’histoire et permettent une insémination libératrice de ce que furent les causes profondes de l’aliénation des femmes marocaines.

ZONE I

28 mai 2019 Non classé
Lire la suite
ZONE_I-3-GIDEON-MENDEL-440x270 Articles parus dans la presse

L’exposition est composée de trois parties. Une première exposée au Moulin avec une série qui s’intitule « Traces d’eau », La deuxième partie est la projection du film « Les chapitres de l’eau », la troisième en extérieur le long de la rivière avec « Portraits submergés”.

ESTELLE LAGARDE DE ANIMA LAPIDUM

23 mai 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
De-Anima-Lapidum»-Lux-in-tenebris-©-Estelle-Lagarde-agence-révélateur-440x270 Articles parus dans la presse

À L’HÔTEL DE SAUROY L’Hôtel de Sauroy accueille jusqu’au 8 juin l’exposition consacrée à Estelle Lagarde. Elle y.

MARINE LANIER À CIRCULATIONS

22 mai 2019 Non classé
Lire la suite
images Articles parus dans la presse

Durant trois ans, Marine Lanier a suivi le parcours de deux enfants devenus adolescents. Sur l’immensité d’un plateau basaltique, dans des bois qui paraissent sans limite et intemporels comme une forêt primaire, leurs jeux se déploient.

CHRISTINE DELORY MOMBERGER TRILOGIE

17 mai 2019 ART, Non classé, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
A.-Montage-coffret-3D-Delory-x540q100-440x270 Articles parus dans la presse

Si le livre est aussi dense et si léger c’est qu’il est devenu miroir, inversant les temps et les statuts, dans une bascule du réel. Seuls les yeux sont aux yeux le chant profond de l’âme.

François Cheval à Circulations

2 mai 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
431949-circulations-2019-festival-de-photo-au-104-440x270 Articles parus dans la presse

La neuvième édition du Festival parisien Circulation(s) dédié à la jeune photographie européenne vient d’ouvrir ses portes au.

L’OEIL URBAIN 2019

2 mai 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
Loeil_Urbain-10-440x270 Articles parus dans la presse

La ville de Corbeil-Essonne accueille depuis le 5 avril dernier la 7ème édition du Festival L’Oeil Urbain. Cette.

ED ALCOCK À CIRCULATIONS

2 mai 2019 ART, PHOTOGRAPHIE
Lire la suite
Circulations-2019_ed-alcock-440x270 Articles parus dans la presse

buté le 24 juin 2016, au lendemain du référendum sur la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne. Je suis retourné en Angleterre, dans mon pays d’origine, pour interroger les gens qui vivent loin des grandes villes.

Articles parus dans la presse quotidienne…

 

Au fil des jours, sur les chemins de la sensibilité, aux croisements des rencontres, ces articles sont issus des occasions de prendre la parole, d’écrire sur ce que dépose l’actualité dans son journal et ce qui fait sens fugitivement dans l’intention de voir plus loin, occasions qui relèvent de l’inspiration et de l’Écriture.

L’ écriture développe ces inspirations pour donner quelques grains de poussières, quelques gouttes d’eau aux passants  pré-occupés et sensibles. Le marcheur avance ainsi moins seul. Ses rencontres sont des bonheurs croisés où l’écriture s’accorde au temps de ces lectures proposées, provoque LE SENS. Découvrir et faire acte de présence, le photographe est ici et maintenant le graphe de cet autre soi qui navigue entre les lignes et se donne à lire, à être, différemment et en soi, par l’oeuvre qu’il produit, celle ci devenant sujet d’un dialogue ouvert.

Les articles  autour de la photographie ont trouvé une place dans les quotidiens électroniques MOWWGLI, L’AUTRE QUOTIDIEN, dans une lecture de ce qui émane des oeuvres exposées, des dialogues issus des livres, des expositions, des Festivals, des grands Musées Nationaux et des Fondations.

Comme une main tendue, ces articles sont déjà des rencontres, polies, du coin des yeux, sourires naissant, mantiques sincères, fleurs de l’instant où se forgent le ressenti, l’analyse critique, les découvertes, expositions, livres, festivals et ce qui s’y passe. Le moi est ici en relation commandée avec le Réel, pour en saisir, au delà du flux, l’intention secrète et les possibilités de regards, de dessillements, afin d’y voir plus net, de noter, de mesurer en soi la structure du sens et de son affleurement dans la forme….. Georges Pérec écrivait sur l’infra-ordinaire, une forme du journal où la relation à la réalité des événements, des petites choses du quotidien le rendait perméable au temps extérieur, au temps du monde extérieur, alors que se nouait une complicité de la forme et du sens, une topographie s’étant établie entre ce qui se dit et ce qui se tait, ce qui se perçoit dans le champ de l’intimité psychologique comme la matière fictionnée du Réel, de la vie, de petites épiphanies curieuses et objectives, des décalages.

Ce qui surgit du champ quotidien est également une trace de ce qui fuit, échappe à la conscience…. peut-être alors, y a t il naissance d’ une Métapsychologie, entrant dans une énonciation  du trop perçu, ou du trop peu perçu, et des forces qui parcourent toute oeuvre signifiante, aux parts d’invisible et de tangible. Un regard se saisit du monde mais de quelle Psyché est il le témoin conscient ou inconscient, que perçoit le Photographe de sa pratique souvent complexe, en lien avec les différents niveaux de la réalité du monde et son propre Génie, à quoi et à qui fait il référence, quelles tensions innervent-elles son “oeuvre”, quels sont ses rapports avec le politique, les religions, la sexualité, l’idéologie, la métaphysique, le rêve, la Vie en général, en bref de quels bois est il fait? ces questions ne sont pas uniquement solubles dans les oeuvres produites, elles ne cessent de tisser des liens avérés ou plus ou moins actifs avec la “persona” du photographe, ce qui constitue toujours un intérêt supérieur, dans l’approche des rapports dialectiques entre l’Homme et l’Oeuvre.