Katherine REY, une visite d’atelier.

Katherine REY, une visite d’atelier.

C’est toujours un moment particulier que celui de se rendre à l’atelier du peintre, ici celui de Katherine Rey , une sorte de privilège de pouvoir la regarder travailler, de pouvoir la voir et la photographier au travail, en travail. Il faut déjà être reçu et sans doute en être digne, car au fond, symboliquement cet atelier relève de l’Athanor de l’Alchimiste. C’est là que se fondent les couleurs selon le coeur, que le geste atteint sa concentration et que les forces psychiques qui entrent en jeu sont à la fois issues de la matière et du sang, dans une involonté disciplinée, afin que la main délivre ce qui vient de la source secrète du coeur et que, selon les techniques choisies, ce jour là, s’exprime avec force, toute l’intensité du rêve qui porte ses formes, jouit de son labeur, se réjouit de ses naissances, s’éprouve au fur et à mesure qu’il s’exprime, s’affermit en se délivrant sur la toile des rêves incandescents et flottants, comme une matière qui cherche à s’émouvoir, à vivre, à signifier en faisant jouer en elle même toute l’action spéculaire du miroir….

La création est toujours concentration puis accouchements, décisions, chemins qui se creusent en soi, perles obscures et lumineuses, appels de la nuit, descente en soi dans le puits sans âge à la recherche du secret de la vie, du temps, de la création, genèse d’un monde qui incarne, qui implique, exigeant et nécessaire, imprudent et osé, un puits d’où s’écoute le chant limpide de cet obscur objet du désir, du sujet relevant de l’infini et du fini, de la perception et de l’essence, du chemin qui s’ouvre au devant de soi., et tout cela dans l’Aventureuse Dé-couverte de ce qui fait lumière en soi, forces de la trace, de l’écrit, du peint, de ce qui s’est imposé à l’oeil pour s’inscrire sur la toile, le papier, cette voile blanche qui peut lire à rebours le cheminement des forces.

Exercice à la fois corporel, physique, intellectuel et secrètement métaphysique, où toute une herméneutique s’affirme discrètement dans ces articulations du rêve, de l’œuvre portée en soi par l’écriture et cette picturalité donnant à la couleur la force de sa lumière comme la puissance de son silence, dans l’aveu prométhéen d’une renaissance de soi au Soi, d’une écriture qui brûle de cette passion du feu intérieur, dévorant les Cronides, pour donner à l’inhumaine Beauté, la valeur de son courage et son gain. Il faut que de l’ombre nourricière, cette matrice inconsciente, surgisse par passion et travail, l’absolu relatif de ce qui se noue et se dénoue en même temps des conflits productifs où se chante le mystérieux secret de l’heure, cet Hic et Nunc qui fait point, repère, actualité.

L’harmonie procède toujours d’un combat, de conflits, de forces que le peintre dépense secrètement et brûle en son athanor pour forger son expression, produire son écriture, cette langue si particulière, un Sésame, qui ouvre en lui un chemin de vertus et de louanges, de laudates, comme si les dialogues entre la Terre et ses abîmes, le ciel et ses hauteurs, entre la plus dense des matières et la plus légère, pouvaient éveiller l’esprit par lequel il chemine, rougeur des matinaux, bleus marmoréens, langue des oiseaux, quand un ravissement, enfin se fait et que la main s’en trouve ravie… Mystérieuse création, voile qui vole au vent du Souffle prométhéen et du chant issu du coq aux plumes de feu.

Le peintre en son atelier manipule des toiles, monte, descend, cherche, se concentre, part puis revient, toute une physique est ainsi co-présente au travail. Les forges du rêve sont aussi une épreuve, elles réclament du peintre cette constance du geste et sa liberté,  en même temps.

Mon oeil s’est attardé dans ce reportage sur ce qui pouvait faire photographie dans tous les espaces ouverts dans l’atelier de Katherine Rey, dans l’énonciation de ces matières, cadres, toiles, dessins, chevalets, couleurs, crayons, pinceaux, brosses, encres, il glisse sur certaines œuvres au sommet des tables, comme aurait pu dire Char, de la base au sommet, celles-ci habitent l’atelier, disposées en pile sur de grandes tables, ou rangées, encadrées. La lumière et l’espace de cet atelier sur deux niveaux se conjuguent pour inséminer la création qui pépie secrètement, déjà, dans toutes les œuvres qui s’éveillent à la nuit et se prolongent au jour, parlent en silence de ce secret central, tandis que le coeur du peintre est aussi cet athanor qui relève aussi de l’alchimie.

https://www.facebook.com/katherinerey.bourgogne

Katherine REY, peintre, atelier et production.

publié le Vendredi 13 Novembre sur l’édition du jour de L’Autre Quotidien :

https://www.lautrequotidien.fr/new-blog/2020/11/13/catherine-rey-une-visite-datelier-par-pascal-therme

favicon Katherine REY, une visite d'atelier.