AMERICA D’ ALAIN KELER

ALAIN KELER expose à la Fisheye Gallery ses premières images de New York, réalisées entre 1971 et 1975.

“Dimanche 13 juin 1971. NewYork. Je suis arrivé aux États-Unis le 3 avril 1971 pour les beaux yeux d’une jeune Américaine rencontrée pendant mon long périple en Asie et au Moyen-Orient.
Je commence à être mordu par la photographie. Pour vivre, je fais toute sorte de boulots grâce à Stanley, un New-Yorkais qui a une agence pour l’emploi – Stanley Employment agency – trouvée en me rendant à l’immigration pour prolonger mon visa.”  extrait de Journal d’un photographe

America-Alain-Keler-12 AMERICA D' ALAIN KELER ART Non classé PHOTOGRAPHIE

©Alain Keler/MYOP

Grand Central Terminal NYC

Alain Keler expose America à la Fisheye Gallery refaite à neuf pour offrir un bel espace optimisé aux expositions , à ce premier chapitre d’un projet d’éditions plus large América, Americas dont Alain s’explique entre autre dans l’interview ci-dessous.

TIME IN

America, Alain Keler raconte la vie dans une photographie de l’évidence, (on pourrait risquer un parallèle, le vide danse, le vide dense…) essentielle, efficiente, dans la veine de Cartier Bresson dont il se réclame, ou Walker Evans et de Robert Franck sans qu’à l’époque 1971-1975, dates de cette série, Alain n ait eu connaissance du travail de celui-ci et du regard décapant porté par Franck sur les américains des années plus tôt, 1955/56,  Drug store Detroit, Cocktail party, NYcity, Canal Street, New Orleans… ces photographies de Robert Franck sont autant de ces moments restés ouverts sur eux mêmes, portés par Franck jusqu’à l’espace contradictoire et contrevenant du rêve américain, un aperçu de l’Amérique tel qu’en elle même….. The Americans nait de la volonté de regarder en face cette Amérique des mid fifties, de parcourir le pays, d’en faire le tour.

Alain Keler ne fait pas autre chose avec New York, animé sans doute par d’autres motivations liées à cette immigration qui le renvoie à un regard neuf sur une réalité qu’il découvre et qui le passionne. Il porte ce regard ouvert sur un NY au quotidien, rues noires de monde, visages inconnus, poésie de l’instant, cosmopolitisme du regard. Tout moment particulier qui le touche, qu’il photographie en dialogue avec la ville. Il est ce jeune migrant qui dé-couvre, déshabille, et s’ éprend fébrilement de NY.

Un parallèle se renforce à la lecture des photographies d’Alain Keler et de cette Amérique, de ce New York qui s’exhale comme un parfum de rue, de vies, de luttes avec la vie et de circulations, de mouvements, ce parallèle avec les films de Frederick Wiseman, entre Hospital 1970 et Welfare 1975, induit une parenté avec l’image cinématographique. Manifestations, bars, subway, avenues, ce New York ne cesse d’interpeler le regard, d’entretenir la curiosité, de s’engendrer dans une accumulation exponentielle d’instants volés, de personnages, de présences, remèdes sans doute inconscients à cette soif de nouveautés, issue de cette promesse qu’offre la ville qui ne dort jamais, musicale, inextinguible, à l’énergie continue, visages issus de celle qui apparait comme une terre promise qui se gagne.  Croiser au fil des rues tous ces visages, c’est aussi croiser leurs causes, d’en éprendre indistinctement sans interdit,  prendre intérêt, s’éveiller aux maelstrom d’histoires possibles, de fictions naissantes, chaque vie est un roman, comme en atteste celle d’Alain elle même. Dans ce contexte se situe l’action du photographe, aux cent vies.

Sans doute faut-il se laisser aller au plus profond de soi pour atteindre une révélation qui s’inscrit entre la main qui déclenche l’obturateur du Leica et l’oeil qui cadre, qui découpe, ouvert à ce foisonnement intrépide de propositions et de tensions visuelles. Toutes ce qui fait vie ici dans cette mégapole, semble vouloir s’inscrire dans le regard ouvert d’Alain Keler, comme si celui-ci entretenait avec la ville et son imaginaire un lien secret, afin de recevoir nombre de situations qui seront photographie, comme un don du ciel. il y a chez Alain Keler une recherche constante de Vérité, ce qui fonde son action sur le monde…et un secret vivant qui le pousse à recueillir par la photographie, tout ce qui s’expose à ses yeux, la vie sans compter, comme si cette entreprise recevait son aval de la source inavouée du plaisir de photographier au Net, au Précis, et surtout en Juste.

La première photographie de l’exposition est celle de cette Saint Patrick

« Prise en mars 1975 je l’ai découverte quelques jours après  la fin du premier confinement , le 21 mai 2020. Cette photo faisait partie d’un paquet d’une vingtaine de films développés, mais non contactés! J’ai trouvé les films dans une boîte de négatifs en faisant des recherches pour mon projet America, Americas. Elle a été prise lors d’une parade pour la saint Patrick à New York en mars …1975! « 

75_0307-8-USA-B-SV2-scaled AMERICA D' ALAIN KELER ART Non classé PHOTOGRAPHIE

ST Patrick’s day. AMERICA- ©Alain KelerMYOP

Mais aux correspondances avec tout un cinéma du réel, toute une photographie sociale, s’est créé aussi un lien avec les poètes et les song’s writers de Manhattan en ces années 70.

Un rêve concret de lumières se joue dans la condition humaine et l’exil, terre promise, Eden, Nouveau Monde, renaissances, tout concourt à faire de ce rêve la part la plus Justement active d’une apocalypse, c’est à dire d’une révélation du sens.  Il en va de ces silhouettes d’hommes et de femmes, toute une communauté d’énergies, de combats, de partages, d’inconnus, d’humour qui font la vie new-yorkaise, et s’inscrivent sans effort sur les films noir et blanc que le Leica dévore sans compter, tout comme ces rues arpentées, bourlinguées à la façon d’un Cendrars,  sobrement émouvantes, simplicité des images du quotidien, à ces longues déambulations inspirées, comme un poème vivant, comme si le cœur léger du photographe dansait amoureusement en ses yeux et qu’il trouvait sous ses pas l’essence d’une vie reliée à l’image venant abreuver cette soif inextinguible de lectures toutes enfiévrées.

TIME OUT – TEMPS LIBRE

Pour voir au plus près cette exposition, il faut entrer dans l’époque par l’image, remède à la dépression Covid qui s’étend en ce moment, dans une version plus consciente des enjeux présents où pointent de plus en plus ces renoncements aux libertés. Revenir aux 70, c’est de fait évoquer tout l’espace social d’alors en lutte contre l’establishment, comme l’avait été 68 en France.

Revenir aux années 70, c’est encore respirer et revendiquer comme expériences toute la critique et tous les arts qui en étaient issus, dans cette respiration qu’offraient tant la Beat Generation, que les luttes pour les droits civiques et les manifestations pacifistes contre la guerre du Viêt-Nam, que la pop music se faisait la maitresse inspirée et pugnace du temps…Joplin, Hendrix, Morison, le Dead, Dylan, Cat Stevens, Guthrie (Arlo), concerts de Central Park,  aventures,  ballades new-yorkaises, un fond de l’air propre à séduire Alain Keler qui rentre dans la légende de ce NY Beat (frapper, battre) avec ses propres valeurs, inspiré, vibrant, aigu, aimant.

America, s’adresse prioritairement aux générations qui n’ont pas connu les années 70, ni le New York de ces années là…Le photographe livre ici un bien beau témoignage de la ville toujours debout en ces années 71/75. Beat the time, time in, time out, toute une problématique est devenue un jeu avec le temps par la photographie. A travers elle, il faut regarder ces visages, ces corps, ces regards et ce qu’ils expriment, pour se retrouver de ce côté ci du miroir…

71_0117-24-USA-B-SV2-copie-scaled AMERICA D' ALAIN KELER ART Non classé PHOTOGRAPHIE

©Alain Keler/MYOP

Alain Keler devient un personnage d’un film de Cassavetes,  de Scorcese, de Lumet, ou de ce cinéma du réel des années 70, un cinéma d’actions, de situations et de combats, Beat, Battre, se battre.

Toutes les photographies exposées ont la simplicité de l’évidence, tout est clairement présent de cet amour d’Alain pour l’énergie cosmopolite de New York et des new-yorkais, bien des citations affleurent dans ce travail.

Et pourtant, tout est marqué, inconsciemment; des correspondances s’effectuent entre différentes œuvres. Une de ces correspondances avec America, America, le film d’Élia Kazan, tisse un réseau de sens non négligeable sur l’antécédence de l’empreinte inconsciente et imaginaire, symbolique, de la portée du cinéma d’Élia Kazan, de ce que veut, voulait dire immigration, exil, exode, terre Promise, passages, Eden.

Il est ici question d’une scène primitive explicite à travers le récit que fait Alain Keler de son arrestation par l’immigration, alors qu’il est clandestin. Ce récit renvoie à une scène précise du film, pratiquement à sa fin. Alain écrit la scène de son arrestation par les services de l’immigration, avec un humour de romancier, la paire de chaussures coupable apparait dans le texte comme le signe, la preuve qui le désigne aux yeux de l’immigration. Il est donc arrêté.

America, America se clôt pratiquement sur un drame, la dernière scène, si ma mémoire ne fait pas défaut, montre la paire de chaussure d’un des migrants clandestins, restée sur le pont du paquebot trans-océanique qui aborde enfin à Staten Island, (le film raconte la migration du jeune Stavros depuis l’Anatolie fin du XIX siècle, pour NY et toutes les épreuves traversées) et dont on comprend qu’elle constitue la seule trace de sa présence, après qu’il ait préféré se jeter du pont…suicide, disparition, sacrifice…. Le Travelling avant, très lent de la caméra de Kazan accuse une dramaturgie, cette puissance implacable du destin qui broie la vie; elle inscrit toute le drame existentiel que tout migrant doit affronter dans l’épreuve des dangers, de la mort, et cette part funeste d’un des personnages, voulant rejoindre New York, préférant la mort par noyade à l’arrestation de l’immigration et à l’échec. Cette séquence d’America America ne me semble pas étrangère à l’imaginaire du photographe . Elle en constitue un élément actif…. a mon sens dans un rapport secret et différencié à sa Psyché. De fait cette correspondance est présente dans l’exposition …comme une référence et une citation.

America-Alain-Keler-14 AMERICA D' ALAIN KELER ART Non classé PHOTOGRAPHIE

©Alain Keler/MYOP

On retrouve cette image non photographiée dans le texte qui accompagne les photographies, c’est dire que la paire de chaussures d’Alain évoque une continuité d’America, America de Kazan pour s’affirmer dans une sorte de filiation, comme un passage de témoin. Cette image référente  nait de l’écriture, elle n’est pas photographie, elle circule pourtant d’un récit à l’autre, d’une fiction à une réalité, du film America America, au projet d’Alain América, Americas.

Toute la magie et le charme du travail d’Alain Keler résident en ces entre-aperçus des moments de vie qui s’éternisent parce que composés au plus près de sa propre fréquence, de son être profond, de la question de l’identité et de l’altérité, de l’exergue rimbaldien, de la réfraction libre du je est un autre, parfaitement assumée artistiquement parlant, face à l’Histoire, car déterminé par la question de la judéité en tant que système moral éthiquement investi. Une vision de l’Homme sous tend celle du Destin et de la liberté de chacun et plonge chacun dans une vie d’épreuves et de coups du sort, appelant ce Beat, ces combats afin de vivre pour faire oeuvre. La vie du photographe est un engagement au côté de la lumière, dans la sensualité de ses nuances , dans le don de cet oeil complice qui révèle et qui montre l’infinité du temps et son imperceptible mouvement, le cours secret du monde.

Aujourd’hui c’est la Saint Patrick,

Alain remonte Washington square, traverse Manhattan, se rend dans le Bronx, revient sur Soho, Alain arpente en tout sens New York et Photographie. C’est la raison de ce récit fleuve auto-biographique qui donne ses correspondances et qui aide à en prendre la mesure. Alain Keler a tout d’un Film Maker, d’un réalisateur, préférant joindre le texte à l’image sans passer par la caméra, le mouvement et sans doute le temps linéaire du film…

Cette opération d’écriture engage une mémoire immense, aujourd’hui il se souvient de tout, des évènements, des gens, des situations, du jour, du temps qu’il fait, de ce qu’il ressent, de tout, et il l’écrit en marge de sa photographie, il raconte la trame même des évènements.. comme si tout s’était passé hier…

il faut lire ses textes, extrêmement instructifs, documentant les situations, expliquant de l’intérieur des évènements le pourquoi et le comment. Une narration imprime un climat, donne un tempo, réinstalle sa photographie dans un contexte et la situe dans toutes ses valeurs, documents, fictions, narrations.

72_0143-44_USA-SV-scaled AMERICA D' ALAIN KELER ART Non classé PHOTOGRAPHIE

©Alain Keler/MYOP

 La magie des images d’Alain de sa période new yorkaise, de 1971 à 1975, images éclairées de l’intérieur par une poétique de la présence au monde et de la célébration instinctive du vivant, est riche de sympathies, le Manhattan de Woody Allen ou du Greenwitch de Ginsburg, Dylan, au wha café où se croisent le Velvet, Nico, Wharoll, Klein, Kerouac, Patti Smith.

Il faut être à l’écoute de ces images et se glisser dans ces aperçus des quotidiens, cette poésie décrite par Ginsberg et Kerouac (qui préfaça d’ailleurs The Americans) d’asphalte, de fumée, à la respiration des manifestations, des bars, de ces petits matins magiques, de ces dimanches habités, de ces quotidiens qui font en ce New York là, la matière même du rêve du photographe.

 On y voit sa version des Américains, dans une photographie sociale, documentaire, qui rêve sa filiation avec Walker Evans et trouve des correspondances avec ce cinéma du Réel de Robert Kramer, Jonas Mekas, Frederick Wiseman, Nicholas Ray, Wim Wenders, un cinema en Noir et Blanc, où la séparation entre l’approche documentaire et l’approche « fictionnalisante » n’est plus discernable…

….Peut-être faut-il apercevoir derrière Alain Keler, tout un cinéma américain, riche de son mythe, de ses mythologies, de ses reliefs et notamment de la mise en scène du quotidien et de ce qu’il découvre de la part fécondante du drame qui éclaire en contrepoint la beauté de l’éphémère, de ce qui se coule sans cesse au fond du regard et qui devient matière visuelle vivante, éclairs de génie dans l’approche d’une condition humaine, vue ici par le menu de son être là, dans une poétique qui sacre avant tout la vie et le vivant…

Tout cela vient de l’exil et du coeur, de la fuite des repères, du magnétisme de l’instant, de la préservation et de l’établissement du cogito barthésien, la photographie est la preuve du ça a existé...  le photographe a vécu dans un tremblement intérieur, retenu, passionné, dans une sorte de fièvre et de transe calmes, attitudes paradoxales issues de cette soif inextinguible de faire des photographies où tout d’un coup, un monde respire et se donne pour toujours dans un secret où se répondent le rêve et la réalité, anses du poète où se fait le temps, tout le temps du souvenir à actualité du présent de l’oeuvre.

` A signaler l’exposition d’Alain Keler qui a lieu également, en ce moment, à la maison des associations à Rennes, sur le Delta du Mississippi et le Blues des champs de coton, au titre de Juke Joint blues… Magnifique travail du photographe sur ces bluesmen et leurs vies…

Pascal Therme, 18 Mars 2020

Et puis Juke Joint Blues qui offre sa continuité a l’exposition America. d’Alain Keler, en ce moment, à la maison des associations à Rennes, sur le Delta du Mississippi et le Blues des champs de coton, au titre de Juke Joint blues… Magnifique travail du photographe sur ces bluesmen et leurs vies…

A VENIR AUX EDITIONS DE JUILLET 2 livres d’Alain Keler, AMERICA, AMERICAS, devrait sortir cet automne et UN VOYAGE EN HIVER ce printemps…

https://www.editionsdejuillet.com/collections/catalogue

Capture-décran-2021-03-17-à-10.37.45 AMERICA D' ALAIN KELER ART Non classé PHOTOGRAPHIE

https://alainkeler.com/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Keler

http://www.myop.fr/photographer/alain-keler

https://www.fisheyegallery.fr/

Bande annonce du film America, America d’Élia Kazan    https://www.dailymotion.com/video/x2ajod8

 

favicon AMERICA D' ALAIN KELER ART Non classé PHOTOGRAPHIE