La neuvième édition du Festival parisien Circulation(s) dédié à la jeune photographie européenne vient d’ouvrir ses portes au CENTQUATRE. Un année sous le signe du changement puisque pour la première fois, la direction artistique a été externalisée et confiée à The Red Eye avec François Cheval et Audrey Hoareau. A l’occasion de l’inauguration de l’événement, nous avons rencontré François Cheval accompagné de Marie Guillemin, bénévole active du festival.

Ce n’est pas au marché de nous dire quelle forme d’art doit être efficiente. La destinée d’une image n’est pas seulement de se retrouver au milieu d’un salon pour la contemplation des amis proches des propriétaires “.

Dans cet entretien mené par notre critique Pascal Therme, François Cheval ne mâche pas ses mots. Dans un contexte politique sensible, avec le mouvement social des gilets jaunes – celui de la réalité du peuple – qui est méprisé par les artistes et les intellectuels pour faute de “mauvais goût”, le festival vient rappeler l’importance de relier l’art et le monde réel.

Mariage de cœur

François Cheval et Audrey Hoareau sont venus apporter leurs connaissances et leur expérience, mais comme le rappelle François, “Tout était là, il n’y avait rien à changer, avec notre recul nous avons pu leur donner les mots, et de la sérénité. Nous nous sommes questionnés sur la manière dont nous pouvions les aider à aller plus loin.” Nulle volonté de se positionner hiérarchiquement auprès d’une équipe et d’un événement qui a déjà 8 ans d’expérience. L’arrivée de The Red Eye, s’est faite comme un apport complémentaire, où l’enrichissement s’est opéré d’un côté comme de l’autre : “elles nous ont plus appris sur ce qu’on a envie de faire que nous leur avons transmis. Nous avons juste mis à disposition notre savoir-faire, au final, nous sommes juste de bons cuisiniers”.

MARGARET-MITCHELL44 François Cheval à Circulations ART PHOTOGRAPHIE

Festival Circulation(s), Margaret Mitchell © Pascal Therme

Le terme “Directeurs artistiques” me fait vraiment chier, car on ne dirige rien, nous n’imposons aucune direction dans laquelle il faut aller. On se voit plus comme des “passeurs” et nous sommes vraiment au service du festival

Dans le reste de l’entretien, François Cheval met en lumière toute une équipe qui se conjugue au féminin pluriel et qui œuvre toute l’année (bénévolement rappelons-le) pour dénicher des artistes venus de toute l’Europe. “Tu ne peux pas avoir une pensée de gauche comme la mienne et croire que même au bout de 40 ans de carrière tu peux avoir une connaissance de la photographie de tous ces territoires. Personne ne peut avoir la prétention de dire qui est la jeune photographie européenne d’aujourd’hui… sauf ici. Parce que le comité artistique de ce festival, composé exclusivement de femmes, a une appétence et une curiosité à l’année. Il y a une vraie intelligence collective.” A cela Marie Guillemin, bénévole, ajoute : “dans le comité artistique, nous sommes toutes différentes, nous avons une volonté d’avoir une pluralité dans les sujets proposés. Il n’y a pas vraiment de thématiques, ce sont plutôt des tendances qui évoluent d’une année à l’autre. Alors bien entendu il y a des sujets et des problématiques qui ressortent régulièrement, mais c’est surtout un état des lieux de cette photographie européenne qui fait émerger des thématiques.

Cette édition rassemble une quarantaine de photographes, chaque histoire est le reflet de notre société, comme le précise François : “Aujourd’hui, chaque jour, des milliards d’images sont produites. Et le rôle de ce festival c’est apprendre aux gens à prendre de la distance sur cette fabrication d’images. Et je pense que nous avons fait notre boulot parce que tous les artistes qui sont ici prennent du temps pour fabriquer des histoires. C’est un vrai rôle politique de la photographie, méfiez vous des images que vous voyez tous les jours !”, avant d’ajouter “Circulation(s) est un festival à taille humaine, les expositions sont réunies dans un même lieu et en 1h30/2h maximum tu peux voir l’intégralité de la programmation. Quand tu vas à Arles, ça n’a plus aucun sens ! Au bout d’un moment tu satures, c’est trop !

François Cheval et Audrey Hoareau seront très certainement présents pour l’édition anniversaire des 10 ans du festival l’an prochain. La décision étant actuellement en cours de discussion…

> Chaque jour, nous vous donnerons rendez-vous pour partir à la rencontre d’une sélection de photographes coups de cœur de cette 9ème édition !

INFORMATIONS PRATIQUES
[add_single_eventon id=”49018″ hide_month_headers=”no” add_eventon_list hide_so=”yes” show_et_ft_img=”yes” hide_arrows=”no” hide_end_time=”no”]

A LIRE :
Le programme 2019 du festival Circulation(s) dévoilé…
Ouverture de la 8ème édition du Festival Circulation(s) au CENTQUATRE, un regard à l’Est !
Circulation(s), l’âge de raison ?
Notre invité de la semaine est François Cheval
Carte blanche à François Cheval : Pour un festival de photographie utile !
Audrey Hoareau, Commissaire The Red Eye, est notre invitée

Logo-9Lives-80.png

Ericka Weidmann
9 lives magazine
Le quotidien du monde de l’image
info@9lives-magazine.com

9 Lives Magazine

outline-dark-facebook-48-1.png outline-dark-twitter-48.png
http://facebook.com/9livesmag/

favicon François Cheval à Circulations ART PHOTOGRAPHIE